Le peer review

Un article de Journal International de Santé au Travail.

Jump to: navigation, search

Le peer review, ou revue des pairs, consiste en la relecture du manuscrit par des scientifiques qui sont compétents dans le domaine ou un des domaines traités par le manuscrit. Ce sont les pairs (peer). Aujourd'hui, tout bon journal scientifique utilise cette méthode pour, non seulement apprécier la qualité d'un manuscrit, mais également, par le partage de l'expérience et de la connaissance, améliorer celui-ci.

Le processus de peer review choisi ici est un processus dit "ouvert" (il existe aussi les processus à "simple insu" et les processus à "double insu"). Chaque processus possède ses qualités et ses inconvéniants.

Vous pouvez trouver une bonne explication des processus de peer review ici (la deuxième partie de l'éditorial du journal repris dans le lien est en français!).




Le peer review (revue des pairs) utilisé par le Journal International de Santé au Travail est constitué de scientifiques compétents dans le domaine concerné par l'article soumis, appartenant principalement aux Institutions partenaires. Cependant, les auteurs sont invités, s'ils le désirent, à proposer deux noms de lecteurs pour le peer review. Cette proposition s'accompagne d'éléments pertinents permettant au Comité de rédaction de faire un choix.

Lorsqu'une proposition d'article est parvenue à un membre du Comité de rédaction, celui vérifie la qualité de forme de l'article présenté et fait un rapide jugement sur l'acceptabilité de fond de l'article (plausibilité de l'hypothèse). Si son examen est positif, il l'enverra à deux lecteurs compétents dans le domaine traité par le manuscrit. Si leurs examens sont négatifs, ils feront part, via l'éditeur en chef, aux auteurs des moyens susceptibles de leur permettre de passer ce premier filtre.

Afin d'améliorer et d'aider les auteurs le mieux possible, pendant le processus permettant la publication de l'article, les noms et les commentaires des lecteurs, ainsi que leur adresse email leur seront envoyés.

Rien n'empêche l'auteur ou les auteurs de prendre alors contact avec les lecteurs, selon, afin d'améliorer la qualité du manuscrit par le dialogue.